Le petit guide du gros Heavy

Tout d’abord, mettons nous d’accord :

Ce guide est : MA façon de voir le Heavy, ma « Way of life » de la Gatling…

Ce guide n’est pas : la seule et unique façon de le voir, avec plus ou moins de succès, peu importe, le principal restant : faites vous plaisir !

Il est bien entendu que je ne prétends pas vous apprendre à jouer, j’espère surtout éclaircir certains points qui vous paraîtront obscurs concernant cette grosse masse de chair, qu’est notre Heavy…

Effaçons, dans un premier temps, les préjugés de notre esprit : Non, le Heavy n’est pas bourrin ! Bon, si, il l’est, mais il n’est pas QUE bourrin… Le Heavy n’est pas qu’une tourelle mobile, attendant patiemment les ubercharges des medics pour être utile, ou un attire-spy. Non, non, non, Il est aussi Douceur, Amour et… euh, pardon… je m’égare…

Non, il faut savoir être mobile, avoir des yeux dans le dos, et savoir faire face à mille dangers, car n’oubliez pas qu’en Heavy, vous êtes une cible prioritaire, et qui plus est, le heavy est une cible facile.

Bon, je vous propose une approche classe par classe du problème, et si vraiment ça ne vous plaît pas… tant pis.

Le Scout :

Le Scout de votre équipe ne vous sera pas d’une aide précieuse. Un compagnon de guerre qui pourra certainement vous débarrasser d’ennemis encombrants et vous aider à capturer les points. Passons plutôt à son jumeau obscur, le Scout ennemi.

Ce moustique reste relativement ennuyeux. Autant, tant qu’il est loin, vous pouvez l’ignorer et vous occuper de cibles plus dangereuses, autant, à courtes portées, son fusil à pompe est meurtrier. Le Scout peut vous éliminer d’un seul tir, même non critique, et il essayera souvent de vous attaquer de dos (ce qui lui permettra d’enchaîner souvent 2 tirs avant que vous puissiez riposter). La force du Scout est son saut ? C’est aussi sa faiblesse, n’hésitez pas à tirer dessus en vol, un Scout abattu en vol, ça fait toujours plaisir. Ne le laissez pas s’approcher de vous (ou de votre medic)

. S’il tente de fuir, tirez jusqu’à ce que vous ne le voyez plus, puis, n’essayez pas spécialement de le suivre (ça sert à rien), mais changez de place, ou vous pouvez être sûr qu’il repassera vous harceler. Si vous vous dirigez vers lui, tenez vous prêt, clic droit enfoncé, à lui tirer dessus. En effet, un bon Scout aura le temps de vous achever le temps que votre Minigun se mette en route, alors tirez le premier !

Le Soldier :

Le Soldier ennemi est meurtrier. En 3 roquettes placées, en gros, a vos pieds, et vous voilà de retour au spawn… mais attention, ça peut être 2, voir 1, s’il y a une critique. Le Soldier est donc très dangereux. Pour le cas d’un Soldier éloigné : vous pouvez, soit le canarder à l’aide du Minigun pour le maintenir à distance (n’espérez pas l’achever comme ça quand même, à moins qu’il soit déjà blessé, ou une petite balle critique… qui sait), soit utilisez le fusil à pompe, dont la dispersion des balles est moindre, donc plus efficace sur une longue distance. Les roquettes tirées de loin sont facilement évitables, même pour un Heavy. Mais voilà, faut il les éviter ? Pour le cas où vous êtes seul,

bien entendu. Pour celui où vous êtes accompagné d’un medic, ce n’est pas si évident. En effet, votre ami le medic reste souvent derrière vous en cas de lutte, et ne voit pas la même chose que vous (il est en plus probable qu’il surveille vos arrières). Ainsi, une roquette que vous évitez, lui, ne pourra certainement pas le faire, car il ne la verra pas, ou qu’au tout dernier moment. Protéger son medic est vital ! Une roquette seule, normale, ne vous tuera pas, mais votre medic, si. Alors encaissez. Le problème se pose pour une roquette critique, pouvant vous achever même

avec les 150 points de vies supplémentaires. Les critiques étant ce qu’elles sont, il vous sera difficile de faire le bon choix en si peu de temps.

Le Pyro :

On peut dire qu’il existe 2 sortes de Pyros, pour nous, les Heavys : Les girouettes, et les munitions sur pattes. Le Pyro est un ennemi redoutable, pourtant, le fait qu’il soit obligé de vous approcher lui est souvent fatal. Et c’est là que tout se joue. Les « munitions sur pattes » sont ces Pyros qui vous foncent dessus, de plus ou moins loin, en espérant sans doute que vous soyez amoché ou sortir une critique, en ligne droite. Evidemment, quelques secondes de

Minigun bien placé lui seront fatal, et il viendra dans la plupart des cas, mourir à vos pieds, vous accordant le bonheur de récupérer des munitions si rares. Les vrais problèmes commencent avec les girouettes. Un Pyro qui sera arrivé au corps à corps, va s’amuser a tourner autour de vous. Et là, je n’ai pas d’autres conseils a vous donner que de….tourner vous aussi. Bah oui. La réelle difficulté va être de trouver son rythme, il va vous falloir tourner en même temps que lui. Ni trop vite, ni pas assez. A ce niveau là, c’est la sensibilité de votre souris qui va faire la différence. Une souris trop peu sensible vous pénalisera dans ce duel. Faire un tour sur vous-même en donnant 5..6 coups de poignets saccadera trop votre mouvement, et vous perdrez le fil. Dernier conseil, dans un couloir, essayer de l’empêcher de passer. Un Pyro malin ira cramer votre medic ! Moins il passera vite, moins il aura de chances de le toucher (dans un grand espace, le blocage est plus problématique)

Le Demo :

A mon avis, le Demoman est le pire ennemi du Heavy. Votre lenteur vous empêche d’éviter efficacement les styckies, les grenades critiques sont meurtrières, et sa possibilité de vous tirer dessus, au hasard, tout en restant à couvert est d’une lacheté, mais d’une efficacité redoutable. Alors tout est perdu ? Non, il nous reste…. *suspense*… le fusil à pompe (oui, je sais, je fait bien le suspense). Un demo vous regarde, lance-grenade à la main ? Laissez tomber la Gatling, sortez le shotgun, et chargez ! (Pensez à activer l’option « changement des armes rapides » dans l’onglet multijoueurs de vos options, c’est utile). C’est votre meilleure chance. Déjà, l’effet de sur

prise pourra faire perdre ses moyens à un joueur débutant, ensuite, si vous visez bien, le demo sera mort avant la fin de vos 6 cartouches. Enfin, le fait d’avancer sur lui l’empêchera d’utiliser ses stickyes, il ne lui reste plus qu’à essayer de vous toucher avec les grenades normales, ce qui est bien plus dur en mouvement. Il n’est pas impossible qu’il vous touche, et ceci avec une critique, mais d’après moi, c’est votre moins pire chance. Les demos alliés vous seront d’une aide certaine dans la destruction des tourelles ennemies, aussi, le fait de bien détourner l’attention des tourelles sur vous (si vous êtes soigné, bien entendu) peut aider à débloquer une situation difficile.

Le demoman, ou comment eviter ses stickyes

Le Heavy :

Alors, on va faire simple, face à un Heavy, le premier qui tire a gagné. Voilà… ça c’est fait…

Bon, ok, allons un peu plus loin.

Légende urbaine n°1 : « je me mets à genoux, j’évite mieux les balles. »

De tous les Heavys que j’ai rencontré, aucun n’a gagné parce qu’il s’est mis a genoux. C’est complètement inutile, ou alors, c’était une marque de soumission et je ne l’avais pas compris ? Non, sérieusement, ça vous empêche de bouger, et ça sert à rien. Vous pouvez garder votre fierté.

Légende urbaine n°2 : « Mais tues-moi ce medic en premier ! »

En règle générale (je vous expliquerai le cas particulier après), je ne suis pas d’accord. Ça doit être un vieux reste de MMORPG, ou quelque chose comme ça. On prend le cas le plus courant, duel de 2 Heavys + Medics. Vous, et votre camarade Heavy ennemis avez tous deux 450 pv, et vos medics, 150 pv. Si vous tirez sur le medic ennemis (bah oui, sur le votre, ça sert à rien, noob) en premier, il va vous falloir lui enlever ses 150 pv, et si on compte 30 pv par balle, il vous en faudra au minimum : 5. Oui, au minimum, parce que les dégâts sont aléatoires, et qu’en plus, le medic, il va courir partout pour les éviter. Bon, plusieurs balles plus tard, le medic adverse est mort, mais le Heavy lui, a continué à vous tirer dessus. Et il vous a certainement enlevé plus de 150 pv vu que vous, étiez immobile. Au final, même s

i plus personne ne le soigne, le temps de se retourner sur lui, vous serez mort. Voilà mon point de vue.

L’exception est surtout lorsque l’on surprend le couple ennemi. Il est peut-être alors plus subtil d’éliminer le Medic en premier, et liquider le Heavy dans la foulée.

Si vous tirez bel et bien le premier, n’ayez pas peur, il est possible d’éliminer un couple Heavy + Medic, même seul.

Le Mediiiiiiiiiiiic :

Les Medics sont vos amis, il faut les aimer aussi. Mais pas seulement, il faut les protéger, quitte à y passer. Bien entendu, un bon medic vous préviendra de toutes menaces pesant sur lui, ce qui vous permettra, à vous, d’anticiper. Les Medics adverses ne sont que peu souvent menaçants, même si en ce moment, ils ont la scie facile. Concernant les ubercharges, ce sera plutôt le sujet d’un article sur le medic, vu que vous ne ferez que subir. Les ubers normales sont utiles en tout temps, et surtout face aux situations bloquées par des tourelles. Les ubers critiques, quant à elles, servent surtout face a des regroupements d’ennemis, par exemple, les débuts de parties. Si vous ne retenez qu’une chose de ces lignes : protégez votre Medic, protégez votre Medic, protégez votre Medic, protégez votre Medic, protégez votre Medic, protégez v

otre Medic, protégez votre Medic et protégez votre Medic. (oui, je suis payé à la ligne)

L’Engineer :

Tout comme le Medic, l’Engineer en lui-même n’est pas très menaçant. Par contre, ses tourelles, si. Une tourelle bien placée peut, à elle seule, suffire à bloquer une partie. Bon, casser de la tourelle, ça fait aussi partie de votre job. Pour vous donner un ordre d’idée, il vous est possible de détruire une tourelle niveau 1 seule, sans medic. Pour une niveau 2, avec ou sans Engineer derrière, ça devient plus problématique. Pour une niveau 3, dans la plupart des cas, oubliez. Bien sûr, il vous est possible de réaliser des coups d’éclats, comme exploser une tourelle niveau 3, seul et sans medic, et ceci, simplement en lui tombant dessus d’un étage supérieur, mais cette configuration n’est pas souvent réalisable. Il vous reste donc, le Medic et son uber. Le principal problème viendra souvent de la distance. Un medic expérimenté passera devant vous pour vous permettre d’approcher, mais ceci ne sera pas toujours efficace. Pensez aussi d’essayer de prendre le temps d’éliminer l’Engineer en premier. Ainsi, la tourelle sans réparation résistera moins longtemps, et, si par malheur, votre attaque en uber échoue (noob…) un coéquipier pourra peut être finir votre travail (sérieux… noob…). En parlant de coéquipier, attaquer une base fortifiée en coordonnant ses actions avec un Spy, c’est malheureusement rare, mais c’est d’une efficacité terrifiante (pensez à gratifier le Spy, qui bien souvent, meurt dans l’histoire et ne récolte aucun laurier, chienne de vie). Sinon, essayez de vous rapprocher au maximum avant d’enclencher l’uber, essayez de la contourner pour qu’elle perde du temps à vous mettre en joue, sont les 2 autres conseils que je pourrais vous donner contre les tourelles.

Enfin, les Engineers de votre équipe sont vos autres meilleurs amis. En effet, leurs téléporteurs et les dispensers sont du pain beni pour des gros c***… des poids lourds comme nous. En règle générale, un bon Engineer fait pour beaucoup dans la victoire de l’équipe.

Le Sniper :

Bon, partie difficile pour moi, de vous les décrire sans lâcher une tonne de fiel dessus. Non pas par leur efficacité, qui est ridicule vis-à-vis de celle du Demo dans notre cas, mais plus pour leur non utilité dans la plupart des cas. Bref, comment faire en face d’un sniper ? Et bien, il n’y a pas vraiment de recette miracle, essayer de les sniper à la Gatling est une utopie (menfin bon, au passage, tirez quand même une rafale, on ne sait jamais, sur un malentendu, une critique…), il nous reste donc qu’à nous déplacer à couvert jusqu’à leur tente de camping, et de les prendre a revers. Il est aussi possible de les charger au fusil à pompe, tout en zigzagant, pour éviter leurs attaques, mais seulement dans le cas d’un couloir pas trop long, sinon, il fuira avant. Sachez cependant que le Sniper cherche le frag, il reviendra sûrement tenter sa chance, espérant vous avoir.

Le sniper, ce lache.

Le Spy :

Inutile d’essayer de courir après les Spys, ils viendront à vous. C’est comme ça, ils sont attirés par les gens enrobés. Pensez donc à vous retourner souvent, et surtout n’hésitez pas à tirer. Bon, faut réfléchir un peu aussi hein ? Un Spy ne peut avoir que l’arme primaire de la classe qu’il imite, aussi, un Medic avec une scie, ce n’est pas un Spy, un Soldier qui recharge son bazooka, ce n’est pas un Spy… Par contre, un Pyro qui court vers vous, avec toute sa vie, matant votre gracieux petit postérieur, en hurlant « Meeediiiicccc », Tirez, c’est un Spy. Les mauvais Spys se reconnaîtront vite (surtout si vous tirez sur tout ce qui bouge), les bons, c’est une autre histoire, ils attendront généralement que vous soyez occupé avec des adversaires en face, et là… c’en est fini de vous, si personne (un pyro ?) ne vous protége. Si vous croisez l’ombre d’un Spy adverse, essayez de le localiser et de l’éliminer, ou vous le payerez. Les Spys amis sont de bons coéquipiers. Ils peuvent éliminer un medic sur le point d’avoir l’uber, saboter une tourelle pendant que vous tirez dessus. Bref, du bonheur.

Et oui, jouer Heavy, c’est bourrin, mais pas seulement. Pour devenir un bon Heavy, il faut déjà y jouer que si vous l’aimez, sinon, faites autre chose. Jouer Heavy pour faire des points ne vous satisfera pas.
En fin de compte, il n’y a que 2 choses importantes à retenir :

Il faut protéger son Medic, tout comme la prunelle de ces yeux. Une bonne coordination Heavy/Medic est redoutable, et vous aurez, tout comme je l’ai, certainement une liste de Medic de prédilections. Mais pour cela, il faut de la confiance, et un Medic que vous laissez crever à tout bout de champs, n’hésitera pas à vous lâcher s’il prend peur.

Tirez ! Tirez le premier, tirez si ça bouge, tirez si ça bouge pas, tirez si vous êtes heureux, tirez ! (et n’oubliez pas les munitions quand même).

Allez, Dadadaa daaa Dadadada daaaa daaaa, Com’ sin’ with me ! Dadadaaaa daaaaaa !

Tags:

4 commentaires pour “Le petit guide du gros Heavy”

  1. Roland Flure dit :

    Excellent article Gao.
    Heavy est de loin ma classe favorite (environ 50h), mais il est vrai que je ne pense pas forcément à sortir le shotgun face aux Demos et Soldiers.
    Il faudra que j’y pense à l’avenir, merci.

  2. Gao dit :

    merci.
    Ouaip, essaye, et tu verras, ça cartonne bien… le top est de l’avoir avant la fin des 6 cartouches… sinon, c’est plus difficile.

  3. skouatteur dit :

    Très bon guide, j’avoue moi meme n’utiliser le pompe qu’après une série de clic*clic*clic embarassante.

  4. MajorVan dit :

    :’) En plus d’écrire bien, j’ai appris plein de petites choses! Merci pour ton article. Je vais essayer de mettre en pratique certaines choses que je n’avais pas encore découvertes.

Laisser un commentaire